Search
Close this search box.
prendre rendez-vous
(230) 269 62 54

De part notre formation chiropratique et notre expérience clinique notre philosophie consiste à favoriser une approche du patient la plus conservatrice et la plus active possible (le patient prend part à son traitement) .

Nous accordons beaucoup d’importance au rôle du système nerveux en tant que relais et chef d’orchestre du système neuro-musculo-squelettique.  Lorsqu’un patient nécessite un traitement invasif tel qu’une chirurgie ,  nous l’adressons vers le spécialiste le plus adéquat.

Après avoir établi un diagnostic , notre approche nous amène pour chacun de nos patients à considérer autant la structure qui souffre (un nerf, un disque, un ligament, un muscle, etc …) que son contexte fonctionnel, en prenant en compte les dernières données de la Science.

Prenons l’exemple d’un patient qui consulte pour une douleur tendineuse de l’épaule, nous cherchons d’abord à connaitre la nature exacte de la lésion grâce à l’échographie (tendinopathie, fissuration, calcification, …) et/ou d’autres imageries afin de pouvoir cibler précisément le tissu qui souffre. Lorsque cette souffrance est de type mécanique,  nous portons également attention à l’aspect fonctionnel.  Dans les cas les plus courants, si le tendon souffre , ceci peut être dû à un excès de contrainte lié au manque d’activation ou d’efficacité d’autres muscles de la même chaine fonctionnelle , ou encore en rapport à une souffrance de la colonne cervicale ou dorsale, ou encore à l’existence de phénomènes de facilitation neurologique de la douleur alimentant le cercle vicieux de la souffrance. Dans certain cas, c’est le schéma moteur lui même, c’est à dire la séquence automatique d’activation des différents muscles utilisée lors de l’execution d’un mouvement (ex se coiffer, lancer une balle, etc.) , que nous devons reprogrammer grâce à des exercices de réhabilitation. Une mauvaise ergonomie au travail, une mauvaise position de sommeil, etc …sont également autant de facteurs à considérer.  Pour certaines douleurs chroniques, en particulier les douleurs de dos, des facteurs psychologiques/sociaux ou encore des facteurs nutritionnels peuvent intervenir, et nous adressons alors le patient vers les professionnels concernés pour une prise en charge multidisciplinaire.  La recherche démontre l’importance de s’intéresser à l’ensemble de ces facteurs, et de placer le patient comme acteur principal de sa prise en charge. 

Chaque patient est un cas unique, il nécessite une analyse et un traitement aussi spécifique que possible, ainsi qu’une implication personnelle et active dans sa prise en charge  !