Search
Close this search box.
prendre rendez-vous
(230) 269 62 54

Le Traitement par Ondes de Choc

L’utilisation clinique de la lithotritie remonte aux années 80s. 

 

Elle fut initialement employée en urologie pour la destruction des calculs rénaux. Cette méthode, aussi appelée ondes de choc extracorporelles (ODC) (ESWT = extra-corporeal shock wave therapy en anglais ) fut utilisée à partir du début des années 90 dans les pathologies de l’appareil locomoteur, d’abord par les allemands puis à la fin des années 90 pour la première fois en France. Cette méthode de soin est en plein développement actuellement aux USA. 

 

La première indication pour laquelle les ODCs ont été étudiées dans les années 90s, est la pseudarthrose. Condition qui consiste en un retard d’union ou à une non-union des 2 pièces osseuses consécutivement à une fracture. 

 

Depuis cette époque, plusieurs études ont démontré la capacité des ondes de choc extracorporelles à traiter des pathologies tissu mou, telles que les tendinopathies et ce quelles que soient leur localisation et leur stade d’évolution.

 

En quoi consiste le traitement par ODC ? 

Les ODCs peuvent se résumer à des percussions acoustiques de haute énergie. L’organisme réagit en augmentant l’activité métabolique au niveau de la zone traitée, ce qui stimule et favorise les mécanismes de guérison. 

Le but du traitement est d’amener une forte augmentation de pression au cœur des tissus à traiter. Cette augmentation de pression va enclencher une série de transformations physiques et chimiques au niveau du tendon (ou du ligament) de l’os ou du cartilage. 

L’onde de choc de haute énergie est créée soit par des phénomènes piézo-électriques ou électro-magnétiques ou encore électro-hydrauliques, on parle d’onde de choc focale car l’énergie transmise est focalisée à une profondeur précise. 

L’onde de choc de basse énergie est créée par un mécanisme pneumatique, on parle d’onde de choc radiale, car l’énergie est dispersée de la surface vers la profondeur . 

En moyenne les Ondes de Choc focales sont utilisées sur une moyenne de 4 à 6 séances, les Ondes de Choc radiales sur une moyenne de 6 à 10 séances. 

Un repérage échographique est utilisé. Ce repérage permet également de déterminer la profondeur précise de la lésion à laquelle la focalisation des ODC sera réalisée. 

 

Quels sont les effets des ODC ? 

1- Les ODCs sont susceptibles de fragiliser  les calcifications tendineuses sous réserve que celles-ci soient « dures », elles peuvent également avoir un effet sur les microcalcifications situées dans la zone d’insertion du tendon sur l’os.  ( LIEN INTERNE : https://chiromu.net/calcification-de-lepaule-quels-traitements/

2 – L’onde sature les récepteurs à la douleur et entraîne un relâchement d’endorphines responsables d’un effet antalgique dans les heures qui suivent le traitement. 

3 – Par la libération dans les tissus de NO (monoxyde d’azote) et d’un facteur de croissance vasculaire (le VEGF pour vascular endothelial growth factor), on assiste à la naissance d’un nouveau réseau de micro vaisseaux autour du tendon et de son attache (néo vascularisation). Cette néovascularisation est observable à l’échographie. Cette nouvelle vascularisation va permettre la mise en place des processus de réparation du tissu. Il faut garder à l’esprit que les tendons sont des structures naturellement mal vascularisées, d’où l’intérêt majeur des ODC dans la prise en charge de leur pathologie.  ( LIEN INTERNE : https://chiromu.net/tendon-ce-que-vous-et-votre-praticien-devez-imperativement-savoir/ )

4 – L ’onde de pression stimule les ostéoblastes, cellules responsables de la création de nouvel os, ce qui élargit le champ d’action des ondes de choc dans le domaine des pseudarthroses. (fractures osseuses qui ne consolident pas).

 

Quelles sont  les indications ?

1 – les tendinopathies chroniques : coiffe des rotateurs, épicondylalgie (tennis elbow & golfer elbow), tendinopathie achilléenne, tendinopathie rotulienne, mais aussi les déchirures partielles. 

2 – La fasciopathie plantaire, les entorses ligamentaires chroniques.

3 – Les calcifications tendineuses, situées surtout au niveau des épaules et parfois au niveau des hanches.

4 – Les douleurs d’origine articulaire (ex des douleurs facettaires lombaires) , Les pseudarthroses 

Les contre-indications au traitement sont les troubles de la coagulation, la grossesse. Localement on ne traitera jamais une zone proche d’une infection, d’un cancer ou d’une prothèse. Le cartilage de croissance chez l’enfant, les troncs vasculaires et nerveux, les poumons devront absolument être évités. 

Les effets secondaires sont peu nombreux, il s’agit le plus souvent de douleurs d’intensité variable selon les machines et les patients, durant la séance et d’une rougeur locale au décours de la séance.

Les effets bénéfiques de la technique ne sont jamais immédiats, il faudra attendre 4 à 8 semaines avant de pouvoir juger du résultat clinique et d’une évolution à l’imagerie.  

La thérapie par ondes de choc est une technique fiable, grevée de peu d’effets secondaires et bien tolérée. Elle constitue une véritable alternative thérapeutique dans le domaine de la médecine physique. 

Dr Cyril Fischhoff DC, MSc, FRCC (imaging)

Chiropracteur spécialiste en échographie MSK

Pour garder contact et rester informé de nos articles, inscrivez vous notre newsletter bimestrielle!

pour télécharger l’article au format pdf cliquez ici