Search
Close this search box.
prendre rendez-vous
(230) 269 62 54

La glucopuncture (dextrose)

La glucopuncture est une approche thérapeutique récente qui consiste à utiliser des injections non stéroïdiennes pour le traitement de certaines affections musculo-squelettiques. Elle est principalement utilisée pour les affections musculo-squelettiques mécaniques.

Le traitement comprend des séances hebdomadaires au cours desquelles plusieurs injections locales (quasiment indolores) sont administrées. Les injections contiennent de l’eau sucrée isotonique, généralement sous forme de glucose/dextrose à 5% ou 10% . Au-delà de 10% la technique ne porte plus le nom de Glucopuncture, mais de Prolothérapie (Effets recherchés sont différents) . Le but de ces injections est de produire un effet localisé sur la zone affectée. Ces injections sont utilisées pour traiter des zones musculaires douloureuses ( ex Trigger Point) , pour désensibiliser des nerfs périphériques, ou réaliser les techniques dite d’hydro-dissection consistant à redonner de la place et du mouvement au niveau d’un nerf comprimé (ex du nerf médian comprimé au niveau du canal carpien) ou au niveau des fascias musculaires (ex pour relâcher les adhérences consécutives à une déchirure musculaire) . Les injections de dextrose peuvent être également utilisées pour réaliser une hydro-dilatation (ex redonner de la flexibilité au niveau des feuillets de la bourse sous acromiale de l’épaule) .

Comment ca marche ? 

Les hypothèses sur le mode d’action du Dextrose  reposent essentiellement sur la modulation de la douleur neuropathique. Dans le cas de douleurs chroniques, les nerfs périphériques -(qui transportent le message douloureux vers la moelle épinière) peuvent être hypersensibilisés indépendamment de la lésion initiale. On parle de facilitation périphérique. De nombreux mécanismes ont été décrits pour expliquer cette facilitation. Un des mécanismes décrits est l’expression à la surface du nerfs de petits canaux ioniques (permettent les échanges d’ions  entre l’extérieur et l’intérieur du neurone, comme le Calcium, le Sodium ou le Potassium, afin de transmettre le message nerveux ) disposant de récepteurs TRPV1. Plus une douleur s’installe dans le temps, plus le nerf exprime à sa surface des petits récepteurs, et plus le message douloureux est transmis en totale indépendance du degré de lésion initiale. Résultat ? La douleur est ressentie beaucoup plus intense, beaucoup plus longtemps, et même des stimulations non douloureuses ( comme le toucher ou un simple mouvement ) sont ressenties douloureuses par le patient !    Le dextrose a  un effet antagoniste sur l’activation des récepteurs TRPV1. Il a également été démontré que le dextrose activerait certains canaux potassium ( K2P) , favorisant la sortie du potassium et conduisant ainsi à repolarisation puis à une hyperpolarisation du neurone facilité, expliquant l’effet analgésique survenant dans les 5 minutes post-injection.  En effet le message nerveux se transmet dans le nerf par un mécanisme de dépolarisation, faisant varier la charge électrique du neurone. L’ouverture des canaux à potassium favorisée par le Dextrose, aurait un effet modérateur sur cette variation, et donc freinerait la transmission du message douloureux.

Une vidéo pour comprendre ce mécanisme électrique :

Une autre hypothèse serait liée à une glucopénie (manque de glucose) associée à la souffrance neuropathie chronique, responsable d’une dépolarisation progressive par manque d’efficacité de la pompe NA+/K+ ATPase (dont la fonction est de rééquilibrer les concentrations de Sodium et de Potassium ) dépendant du glucose pour la production d’ATP.

Comment sont réalisées ces injections ? 

Les injections de Dextrose à 5% sont guidées en fonction de la structure visée.  La palpation joue un rôle essentiel à la recherche de cordons musculaires douloureux ou de zones cellulalgiques (zones superficielles) , puisqu’elle va guider les points d’injection. Les mesures d’asepsie et la technique d’introduction de l’aiguille sont identiques à celles utilisées comme des techniques telles que le Dry Needling.

Lorsque la structure visée est un nerf périphérique (exemple du nerf sciatique), le guidage échographique est recommandé. La technique dite “d’hydro-dissection” consiste à créer un coussin d’eau sucrée autour du nerf, la pression sur le piston de la seringue permettant de “lever” les adhérences péri-neurales (autour du nerf).

Y a t’il des risques liés au dextrose ? 

Seuls les patients allergiques au dextrose (allergie au Maïs)  pourraient théoriquement déclencher une allergie. 

Quid de l’impact des injections de Dextrose sur la glycémie (taux de sucre dans le sang ) ? 

L’impact est nul . En effet dans l’hypothèse où 20 mL (moyenne haute)  est injecté lors d’une séance , cela correspond à 1g de sucre (équivalent du sucre contenu dans 2 fraises). D’autre part, ce sucre est métabolisé immédiatement au niveau de la zone d’injection et donc ne se retrouve pas dans la circulation sanguine.  

Ce qui fait des injections de dextrose ,  une technique très sûre et “naturelle”,  de plus en plus utilisée dans le domaine de la médecine musculo-squelettique. 

Dr Cyril Fischhoff DC, MSc, FRCC (imaging)

Chiropracteur spécialiste en échographie MSK

Pour garder contact et rester informé de nos articles, inscrivez vous notre newsletter bimestrielle!

pour télécharger l’article au format pdf cliquez ici