Search
Close this search box.
prendre rendez-vous
(230) 269 62 54
La Consultation
La consultation se déroule en plusieurs étapes, en voici les éléments principaux :

Anamnèse et examens complémentaires

80 % des diagnostics s’effectuent pendant l’anamnèse ! C’est donc un moment crucial. Notre rôle est de vous guider en vous posant les bonnes questions afin d’identifier l’origine probable des douleurs :

Où avez-vous mal ? Comment cela est arrivé ? Depuis quand ? Comment évoluent vos symptômes ? Êtes-vous réveillé la nuit ? Avez-vous besoin de vous “déverrouiller” le matin en vous levant ? La douleur s’accentue-t-elle à la toux, à l’éternuement ou aux toilettes ?

Voilà quelques exemples de questions qui permettront d’émettre une (des) hypothèse(s) diagnostique(s) et de poursuivre vers un examen physique.

Ensuite, nous essaierons d’évaluer quelles sont les retombées sur votre vie (stress, travail, sport, loisirs, etc.).

Enfin, nous prendrons connaissance de vos antécédents, des examens complémentaires si nécessaires.

Examen physique et neuro-orthopédique:

Nous procéderons à l’examen physique en suivant une approche tripartite :
  • Premièrement, nous entreprendrons un examen neurologique pour déceler la présence éventuelle d’un déficit associé, comme un trouble neurologique (par exemple, une faiblesse musculaire dans le contexte d’une sciatique), un indicateur potentiel de gravité.
  • Deuxièmement, nous effectuerons un examen clinique visant à identifier la structure en souffrance. Pour cela, nous nous appuierons sur des tests orthopédiques et palpatoires.
  • Finalement, une fois ces deux phases diagnostiques accomplies, nous procéderons à une série de tests cliniques. Leur but sera de comprendre comment soigner le patient de manière optimale, en identifiant les outils les plus adéquats à notre disposition en fonction du patient et de ses symptômes.
  • Dans certains cas, nous pouvons aussi avoir besoin d’investiguer davantage et de faire des examens complémentaires (X-ray, IRM, prise de sang) afin d’avoir toutes les informations nécessaires pour pouvoir aider au mieux nos patients. Nous pouvons aussi avoir recours à l’échographie diagnostic qui se pratique directement au cabinet.

Les Traitements:

Traitement oui, si il faut… En effet, à l’issu de l’anamnèse et l’examen physique trois situations sont à considérer:

  1. Le cas où un traitement n’est pas indiqué. Imaginons, par exemple, un patient souffrant de douleurs lombaires. Lors de l’anamnèse (interrogatoire du patient) et des examens neurologiques et orthopédiques, le patient présente d’importants déficits neurologiques et des symptômes urgents nécessitant une référence immédiate à un orthopédiste pour discuter l’acte chirurgical.
  2. Le cas où un traitement est contre-indiqué. Il s’agit ici d’un patient qui présente des douleurs de l’appareil locomoteur qui ne relèvent pas de la chiropratique. Prenons le cas d’un jeune patient souffrant de douleurs lombaires récurrentes, qui perturbent son sommeil. Il pourrait s’agir d’un rhumatisme inflammatoire (comme la spondylarthrite ankylosante) qui nécessiterait une référence à un rhumatologue.
  3. Le cas où un traitement chiropratique est indiqué. Une intervention manuelle et physique est alors possible en fonction des tests cliniques réalisés, et de l’état de l’articulation permettant des manœuvres manuelles sans douleur (ajustements). Nous pouvons avoir recours à beaucoup d’outils en fonction de type de problème tel que la technique cox, les ondes de chocs, l’électrolyse, l’électrostimulation péri-neurale, la cryothérapie, les injectables chiropratiques, la photobiostimulation ainsi que toutes les techniques de tissu mous (“mettre lien vers nos services proposés”). Cela nous permet d’avoir un large panel d’outils thérapeutiques pour pouvoir aider au mieux nos patients.