Search
Close this search box.
prendre rendez-vous
(230) 269 62 54

DIRECTIVES DE L’OMS pour la prise en charge de la LOMBALGIE CHRONIQUE

Le 07 décembre 2023, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié ses nouvelles directives pour la prise en charge non chirurgicale des lombalgies chroniques chez les adultes (y compris les personnes âgées) en milieu de soins primaires et communautaires. 

Source  : https://www.who.int/publications/i/item/9789240081789 

La notion de chronicité est une notion de temps. L’OMS retient comme chronique toute lombalgie (douleur du bas de dos, irradiant ou non dans les jambes) durant plus de 3 mois. 

“Actuellement, les lombalgies sont la principale cause d’invalidité à l’échelle mondiale, toutes tranches d’âge confondues et pour les deux sexes, bien que les taux de prévalence et d’invalidité soient systématiquement plus élevés chez les femmes et les personnes âgées” (OMS) 

Ces directives établissent des recommandations basées sur les preuves scientifiques concernant les interventions thérapeutiques non chirurgicales pour la prise en charge des lombalgies chroniques.

Le groupe d’experts constitué qui permit la publication de ces directives était composé entre autres de chiropracteurs dont le Dr Sidney Rubinstein, président du Comité de recherche de la Fédération mondiale de chiropratique. Dr Rubinstein a dirigé trois des revues systématiques nécessaires à la production des recommandations . 

“Le public cible est constitué de professionnels de la santé de toutes disciplines. Les lignes directrices seront utiles aux praticiens de santé incluant les médecins, les infirmières et les autres professionnels de santé comprenant les chiropracteurs, les ergothérapeutes, les physiothérapeutes, les pharmaciens, les psychologues et les travailleurs de la santé communautaires, ainsi qu’aux décisionnaires en  santé publique “ (OMS)  

Dans de nombreuses études , il a été démontré l’inefficience des anciens modèles de prise en charge de la lombalgie en termes clinique , d’invalidité, et de coûts (astronomiques) . Dans ses 242 pages, les États membres (ou pays pour simplifier) reçoivent des recommandations sur ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, dans l’espoir que les systèmes de santé se transforment en modèles d’excellence interprofessionnels basés sur des preuves scientifiques et centrés sur les personnes pour la prise en charge de ce qui reste, de loin, la plus grande cause d’invalidité sur la planète.

En termes de recommandations, 2 catégories sont proposées :  ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. 

Ce qui fonctionne (recommandé)  : programmes d’exercices, éducation et conseils, manipulation vertébrale, technique de dry needling, thérapie cognitivo-comportementale et l’utilisation judicieuse d’Anti-inflammatoires non stéroïdiens – Ceci renforce la nécessité d’une approche multi-modale (plusieurs options de traitement)  et biopsychosociale de la lombalgie, loin du simple modèle réductionniste focalisant sur la seule approche symptomatique. 

Ce qui ne fonctionne pas (non recommandé ) :  toute une gamme d’approches pharmacologiques , d’appareils de traction, de TENS, d’ultrasons et de ceintures lombaires.

Résumé des recommandations de l’OMS :

Article rédigé par:

Dr Cyril Fischhoff DC, MSc, FRCC (imaging)

Chiropracteur spécialiste en échographie MSK

Pour garder contact et rester informé de nos articles, inscrivez vous notre newsletter bimestrielle!

pour télécharger l’article au format pdf cliquez ici