Search
Close this search box.
prendre rendez-vous
(230) 269 62 54

Arthrose Fémoro-patellaire, une source fréquente de douleurs du genou ! Le saviez vous ?

La gonarthrose fémoro-patellaire touche:

  • 39% de la population âgée de plus de 30 ans, environ 1 personne sur 3 souffre de cette pathologie après l’âge de 30 ans. (1)
  • Aux États-Unis, la gonarthrose femoro-patellaire représente 1,5% à 7,5% des motifs de consultations médicales. Cette pathologie touche plus fréquemment les femmes que les hommes. (2)

Un patient de 60 ans nous consulte pour une douleur au genou droit  depuis 3 ans, l’empêchant de faire ses activités quotidiennes et de  marcher correctement.  
Lors de la consultation, le patient nous rapporte une difficulté lors de la  montée et descente des marches d’escalier, une sensation de crépitement  dans le genou, une difficulté à plier complètement le genou.  L’examen clinique:

  • Examen neurologique (pour éliminer tout problème neurologique: de nerf)
  • Tests orthopédiques du genou: diverses manoeuvres ayant pour pour but de comprendre d’où vient le problème du patient,
  • Palpation précise de toutes les structures accessible du genou, montre bel et bien une souffrance entre la rotule et le fémur: la rotule est l’os en avant du genou qui vient glisser contre l’os de la cuisse (le fémur). Cette sensation de crépitement à cet endroit précis oriente vers un problème articulaire.

Tous signes de gravité ont pu être éliminés, mais pour comprendre avec précision la pathologie du patient, une  échographie est prescrite.

L’échographie démontre bien un problème entre le fémur et la rotule: une arthrose fémoro-patellaire. 

L’arthrose ? Kezako ? 

L’arthrose c’est est l’usure du cartilage qui se trouve à la surface des articulations , qu’est-ce que le cartilage ?

Le cartilage est une structure de type tissu conjonctif . Les chondrocytes  participent à la formation du cartilage en synthétisant du collagène et des protéoglycanes permettant d’éviter le frottement des os les uns contre les autres en constituant une surface articulaire.

L’arthrose est très souvent stigmatisée, mais elle est tout simplement l’évolution dégénérative normale des articulations (sauf  cas exceptionnel). À partir de l’âge de 20 ans, les articulations  commencent tout doucement à s’user, c’est pour cela qu’il n’est pas rare  d’avoir de l’arthrose avancée à 40/45 ans, cette évolution de l’usure du  cartilage est propre à chaque personne en fonction de sa génétique, de  l’activité sportive, de l’alimentation …  D’autres facteurs de risques existent, tels que l’obésité, les traumatismes au niveau des articulations et l’alimentation. (3) (4)

Pour dédramatiser , il faut garder à l’esprit qu’il très inhabituel , même extrêmement rare qu’une personne de  70 ans ne présente aucune trace d’arthrose .

L’arthrose fait forcément mal ? 


NON ! L’arthrose est une évolution normale, malheureusement, plus le temps passe, plus le corps commence à s’user.  Elle ne provoque pas forcément de douleur, mais sa présence se caractérise par certains signes:

  • Une diminution de la mobilité articulaire (le mouvement de l’articulation est réduite, par exemple le patient n’arrive pas à toucher son talon sur sa fesse lors de la flexion du genou)
  • Une sensation de crépitement dans l’articulation
  • Une enflure du genou (augmentation de la taille du genou)
  • Une déformation visible de l’articulation
  • Une sensation de raideur (impression que le genou est rouillé et a du mal a se déverrouillé lors du changement de position après une position maintenue: par exemple se relever d’une chaise après être resté longtemps assis)

 

Femoro – patellaire? Kezako ? 
Commençons par la base, l’articulation du genou est une région anatomique caractérisée par la réunion de 3 articulations composées de 3 structures osseuses:

  • Le fémur (le plus grand os du corps humain; l’os de la cuisse).
  • Le tibia ( l’os de la jambe).
  • La patella ( aussi nommée rotule) c’est cette structure saillante que l’on peut  facilement sentir en avant du genou: elle est essentielle au bon fonctionnement du genou, sans elle, le genou ne  pourrait pas s’étendre ni se plier. C’est le point relais du quadriceps : le muscle principal qui sert à étendre le genou et qui s’attache dessus, une courte vidéo pour expliquer le fonctionnement de ce dernier:

Les 3 articulations  (ou compartiments) sont:  

  • Le compartiment fémoro-tibial interne ( car c’est l’endroit où s’articule le  fémur et le tibia à l’intérieur). 
  • Le compartiment fémoro-tibial externe ( car c’est l’endroit où s’articule le  fémur et le tibia à l’extérieur). 
  • Le fameux compartiment fémoro-patellaire (lieu où s’articule la rotule  avec le fémur)

Quel traitement ? 

Une fois l’origine du problème précisément identifié, nous allons  tout d’abord travailler sur la  fonction articulaire du genou, pour cela nous allons identifier puis réactiver les muscles qui dysfonctionnent du fait de la douleur.

La réactivation de ces muscles se fera par le biais d’une technique innovante utilisée au sein du cabinet: la neuro-modulation péri-neurale.  L’objectif est d’identifier les nerfs sensibilisés . Nous allons chercher si le problème vient des nerfs profonds (les gros nerfs qui servent à donner l’information pour que le muscle puisse bouger) ou si le problème vient des nerfs superficiels (les petits nerfs cutanés qui nous servent à ressentir le touché). Une fois ces nerfs identifiés nous allons les “neuromoduler” afin de les désensibiliser pour qu’ils puissent redonner de bonnes informations (depuis et vers) aux muscles qu’ils innervent.

Une fois le bon fonctionnement articulaire retrouvé, le patient ressentira  un réel soulagement. Mais le traitement ne s’arrête pas là, l’objectif est de  soulager complètement les douleurs du patient, nous allons donc par la suite travailler avec un outil très efficace: les ondes de choc  pour désensibiliser les dernières zones douloureuses.  


Pour finir, nous conseillerons  au patient de commencer des  séances de réhabilitation pour faire favoriser une stabilité fonctionnelle dans le temps.  Le  patient aura donc en main de nombreux conseils et exercices pour que la  fonction articulaire reste optimale et éviter les rechutes douloureuses.

 

Références :

1) Bien que peu connu, une méta-analyse sérieuse démontre que la gonarthrose fémoro-patellaire touche: 39% de la population âgée de plus de 30 ans, environ 1 personne sur 3 souffrent de cette pathologie après l’âge de 30 ans.https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1063458416300917


(2) Aux États-Unis, la gonarthtose femoro-patellaire représente 1,5% à 7,5% des motifs de consultations médicales aux États-Unis. Cette pathologie touche plus fréquemment les femmes que les hommes.https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4458915/


(3) Epidemiology of osteoarthritis: state of the evidence: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4405030/


(4) Epidemiology of Osteoarthritis: Literature Update:  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5832048/

par Dr Nicolas Cotineau DC, Chiropracteur.

pour télécharger l’article au format pdf cliquez ici

Pour garder contact et rester informé de nos articles, inscrivez vous notre newsletter bimestrielle!